Skip to content
Troisième partie : Les terres

Les systèmes naturels de la Terre ont évolué pendant 4,5 milliards d'années. Que pouvons-nous apprendre de la complexité de la nature ?

Les systèmes naturels de la Terre ont évolué pendant 4,5 milliards d'années. Que pouvons-nous apprendre de la complexité de la nature ?

Racontée par
  • Devika Bakshi

Les Chinois mangent du riz depuis 11 000 ans, au moins, ce qui en fait l'une des premières plantes domestiquées et l'un des fondements de la civilisation. Dans de nombreuses langues asiatiques, le mot "riz" est identique au mot "nourriture".

Les grains de riz sont recouverts d'une couche extérieure dure, appelée enveloppe, qui doit être enlevée pour que le riz soit comestible. À l'intérieur de la coque on trouve une couche brune de son, et à l'intérieur de ce son se trouve un grain de riz de couleur claire. Jusqu'à la fin des années 1800, ce que l'on appelait "riz" incluait le son. Aujourd'hui, nous appelons cet aliment le "riz brun".

L'invention de nouvelles machines industrielles à broyer a permis d'éliminer l'enveloppe et le son, révélant un grain clair, presque blanc. Le riz blanc était perçu comme plus moderne, sa douceur amidonnée plaisait aux gens et, surtout, sans le son, il pouvait être conservé presque indéfiniment.

Peu après l'introduction des broyeuses industrielles, une nouvelle maladie mortelle est apparue en Asie, le béribéri. À l'époque, les scientifiques ont supposé que des bactéries en étaient la cause, mais ils n'ont pas trouvé de coupable. Ils ont finalement découvert que le béribéri était dû à la perte d'un nutriment essentiel, la thiamine, présente dans le grain entier mais absente du riz blanc. Les personnes qui se sont mises à consommer de nouveau du riz brun ont guéri de la maladie. La thiamine a finalement été appelée vitamine B1.

Le béribéri a été l'une des premières "maladies carentielles" connues. Plus la production alimentaire s'est industrialisée, plus elle s'est orientée vers des féculents plus purs, des sucres et des viandes, et moins nous mangions de légumes. Plus nous abandonnons nos régimes alimentaires complexes qui ont évolué pendant des milliers d'années, plus les scientifiques découvrent de vitamines.

La complexité et les limites de la science

La science offre des informations extraordinaires sur le monde dans lequel nous vivons, mais il y a beaucoup de choses qu'elle ne peut pas expliquer. Notre compréhension limitée de la santé humaine, qui est incroyablement complexe, en est un bon exemple. Les plantes qui poussent dans un sol riche contiennent une grande quantité de minéraux et de composés chimiques que notre organisme est susceptible de trouver utiles. On les appelle les "micronutriments". Prenons l'exemple des antioxydants contenus dans le thym (énumérés à gauche).

Les vitamines sont simplement un ensemble de micronutriments que la science a pu identifier comme étant essentiels, en particulier, parce que leur absence a provoqué une maladie unique et nouvelle. Presque tous les autres micronutriments (comme ceux du thym) restent un mystère. Pour la science et l'industrie, ils ne jouent aucun rôle. Pourtant, nous continuons de découvrir que la nourriture complexe et diversifiée est véritablement nourrissante. Alors que de plus en plus de pays dans le monde ont adopté un régime industriel dénué de toute complexité, des maladies, surtout des maladies chroniques faisant réagir notre corps de façon confuse, ont continué à apparaître et à se répandre.

Au fur et à mesure que nous avons acquis du pouvoir sur la nature, nous l'avons simplifiée, déformée et nous sommes partis du fait qu'elle était là pour nous servir. Après avoir traité la nature comme une ressource à exploiter pendant des décennies, nous voyons maintenant clairement les limites physiques de la planète et les risques de la transformer.

Les Chinois mangent du riz depuis 11 000 ans, au moins, ce qui en fait l'une des premières plantes domestiquées et l'un des fondements de la civilisation. Dans de nombreuses langues asiatiques, le mot "riz" est identique au mot "nourriture".

Les grains de riz sont recouverts d'une couche extérieure dure, appelée enveloppe, qui doit être enlevée pour que le riz soit comestible. À l'intérieur de la coque on trouve une couche brune de son, et à l'intérieur de ce son se trouve un grain de riz de couleur claire. Jusqu'à la fin des années 1800, ce que l'on appelait "riz" incluait le son. Aujourd'hui, nous appelons cet aliment le "riz brun".

L'invention de nouvelles machines industrielles à broyer a permis d'éliminer l'enveloppe et le son, révélant un grain clair, presque blanc. Le riz blanc était perçu comme plus moderne, sa douceur amidonnée plaisait aux gens et, surtout, sans le son, il pouvait être conservé presque indéfiniment.

Peu après l'introduction des broyeuses industrielles, une nouvelle maladie mortelle est apparue en Asie, le béribéri. À l'époque, les scientifiques ont supposé que des bactéries en étaient la cause, mais ils n'ont pas trouvé de coupable. Ils ont finalement découvert que le béribéri était dû à la perte d'un nutriment essentiel, la thiamine, présente dans le grain entier mais absente du riz blanc. Les personnes qui se sont mises à consommer de nouveau du riz brun ont guéri de la maladie. La thiamine a finalement été appelée vitamine B1.

Le béribéri a été l'une des premières "maladies carentielles" connues. Plus la production alimentaire s'est industrialisée, plus elle s'est orientée vers des féculents plus purs, des sucres et des viandes, et moins nous mangions de légumes. Plus nous abandonnons nos régimes alimentaires complexes qui ont évolué pendant des milliers d'années, plus les scientifiques découvrent de vitamines.

La complexité et les limites de la science

La science offre des informations extraordinaires sur le monde dans lequel nous vivons, mais il y a beaucoup de choses qu'elle ne peut pas expliquer. Notre compréhension limitée de la santé humaine, qui est incroyablement complexe, en est un bon exemple. Les plantes qui poussent dans un sol riche contiennent une grande quantité de minéraux et de composés chimiques que notre organisme est susceptible de trouver utiles. On les appelle les "micronutriments". Prenons l'exemple des antioxydants contenus dans le thym (énumérés à gauche).

Les vitamines sont simplement un ensemble de micronutriments que la science a pu identifier comme étant essentiels, en particulier, parce que leur absence a provoqué une maladie unique et nouvelle. Presque tous les autres micronutriments (comme ceux du thym) restent un mystère. Pour la science et l'industrie, ils ne jouent aucun rôle. Pourtant, nous continuons de découvrir que la nourriture complexe et diversifiée est véritablement nourrissante. Alors que de plus en plus de pays dans le monde ont adopté un régime industriel dénué de toute complexité, des maladies, surtout des maladies chroniques faisant réagir notre corps de façon confuse, ont continué à apparaître et à se répandre.

Au fur et à mesure que nous avons acquis du pouvoir sur la nature, nous l'avons simplifiée, déformée et nous sommes partis du fait qu'elle était là pour nous servir. Après avoir traité la nature comme une ressource à exploiter pendant des décennies, nous voyons maintenant clairement les limites physiques de la planète et les risques de la transformer.

Domestiquer vs. dominer

Jusqu'à l'industrialisation de l'agriculture, les hommes ont appris à vivre sur les terres arables et avec elles. Ils ont observé les modèles et discerné les principes qui régissent la vie et qui permettent de rester en bonne santé.

Par exemple, les agriculteurs du monde entier cultivaient des haricots et des légumineuses en même temps que des céréales, et les cuisiniers servaient des haricots en même temps que des céréales lors des repas. Au cours des dernières décennies, la science a expliqué pourquoi cette association était si bénéfique. Les haricots et les légumineuses extraient l'azote de l'atmosphère et l'introduisent dans le sol. Les graines utilisent l'azote du sol pour leur croissance. Les haricots et les céréales ne contiennent que certains acides aminés essentiels dont le corps humain a besoin. Cependant, lorsqu'ils sont consommés en même temps, ils constituent une protéine complète. Dans ce cas, la science a validé ce que des centaines de millions de personnes avaient appris des cultures agricoles, des méthodes culinaires et alimentaires.

En 1700, la Terre comptait environ 600 millions d'habitants et près de 10 % des terres arables, autrefois des prairies ou des forêts, avaient été transformées en terre agricole. Les changements les plus importants ont eu lieu en Europe et en Chine. Au début des années 1800, la quasi-totalité des forêts des États-Unis ont été abattues pour alimenter les moteurs à vapeur de l'industrialisation. À partir de la fin des années 1800, la relation de l'homme avec la Terre a commencé à changer rapidement. Grâce à l'ingéniosité humaine et aux combustibles fossiles, l'industrialisation a permis aux hommes de générer et de contrôler de vastes quantités d'énergie et de terres, et ce grâce aux machines. Du fait que les machines effectuaient le travail, les gens ont quitté les fermes. À leur tour, les exploitations agricoles ont cultivé des produits adaptés aux machines, et l'agriculture est devenue l'agro-industrie.

En contrôlant mieux la nature, les populations humaines ont explosé : 2 milliards en 1928, 3 milliards en 1960, 5 milliards en 1987 et 8 milliards en 2023. Dans le même temps, les forêts, en particulier dans les pays tropicaux, ont été déboisées pour créer davantage de terres agricoles, notamment pour la production de viande bovine.

Les principes fondamentaux de l'agriculture industrielle sont modernes : l'évolution, la vitesse et la standardisation. L'agriculture moderne réduit la terre en une surface destinée à une gamme étroite de cultures sur des champs fertilisés avec des produits chimiques dérivés de combustibles fossiles, couverts de pesticides et labourés chaque année par d'énormes machines. Jusqu'à présent, ce système a permis d'augmenter la productivité, mais il a uniformisé et dégradé les terres. Contrairement aux pratiques agricoles traditionnelles qui associent du bétail et des cultures diverses à des arbres et des forêts, l'agriculture industrielle laisse le sol vierge et n'abrite aucune espèce sauvage. Autrefois, les fermes transformaient tous les déchets végétaux et animaux pour les utiliser efficacement. Aujourd'hui, l'agriculture industrielle et l'utilisation des terres produisent des déchets à presque chaque étape. Les exploitations agricoles sont désormais responsables d'au moins 20 % des émissions de carbone dans l'atmosphère.

Domestiquer vs. dominer

Jusqu'à l'industrialisation de l'agriculture, les hommes ont appris à vivre sur les terres arables et avec elles. Ils ont observé les modèles et discerné les principes qui régissent la vie et qui permettent de rester en bonne santé.

Par exemple, les agriculteurs du monde entier cultivaient des haricots et des légumineuses en même temps que des céréales, et les cuisiniers servaient des haricots en même temps que des céréales lors des repas. Au cours des dernières décennies, la science a expliqué pourquoi cette association était si bénéfique. Les haricots et les légumineuses extraient l'azote de l'atmosphère et l'introduisent dans le sol. Les graines utilisent l'azote du sol pour leur croissance. Les haricots et les céréales ne contiennent que certains acides aminés essentiels dont le corps humain a besoin. Cependant, lorsqu'ils sont consommés en même temps, ils constituent une protéine complète. Dans ce cas, la science a validé ce que des centaines de millions de personnes avaient appris des cultures agricoles, des méthodes culinaires et alimentaires.

En 1700, la Terre comptait environ 600 millions d'habitants et près de 10 % des terres arables, autrefois des prairies ou des forêts, avaient été transformées en terre agricole. Les changements les plus importants ont eu lieu en Europe et en Chine. Au début des années 1800, la quasi-totalité des forêts des États-Unis ont été abattues pour alimenter les moteurs à vapeur de l'industrialisation. À partir de la fin des années 1800, la relation de l'homme avec la Terre a commencé à changer rapidement. Grâce à l'ingéniosité humaine et aux combustibles fossiles, l'industrialisation a permis aux hommes de générer et de contrôler de vastes quantités d'énergie et de terres, et ce grâce aux machines. Du fait que les machines effectuaient le travail, les gens ont quitté les fermes. À leur tour, les exploitations agricoles ont cultivé des produits adaptés aux machines, et l'agriculture est devenue l'agro-industrie.

En contrôlant mieux la nature, les populations humaines ont explosé : 2 milliards en 1928, 3 milliards en 1960, 5 milliards en 1987 et 8 milliards en 2023. Dans le même temps, les forêts, en particulier dans les pays tropicaux, ont été déboisées pour créer davantage de terres agricoles, notamment pour la production de viande bovine.

Les principes fondamentaux de l'agriculture industrielle sont modernes : l'évolution, la vitesse et la standardisation. L'agriculture moderne réduit la terre en une surface destinée à une gamme étroite de cultures sur des champs fertilisés avec des produits chimiques dérivés de combustibles fossiles, couverts de pesticides et labourés chaque année par d'énormes machines. Jusqu'à présent, ce système a permis d'augmenter la productivité, mais il a uniformisé et dégradé les terres. Contrairement aux pratiques agricoles traditionnelles qui associent du bétail et des cultures diverses à des arbres et des forêts, l'agriculture industrielle laisse le sol vierge et n'abrite aucune espèce sauvage. Autrefois, les fermes transformaient tous les déchets végétaux et animaux pour les utiliser efficacement. Aujourd'hui, l'agriculture industrielle et l'utilisation des terres produisent des déchets à presque chaque étape. Les exploitations agricoles sont désormais responsables d'au moins 20 % des émissions de carbone dans l'atmosphère.

L'utilisation mondiale des terres pour la production alimentaire aujourd'hui

Réduire la complexité de la nature

On estime qu'il a fallu 90 tonnes de matière organique vivante et des dizaines de millions d'années pour créer 4 litres de pétrole (1 galon). Un véhicule automobile moyen transforme en quelques minutes ce carbone complexe et ancien en CO2 atmosphérique.

Une vague de chaleur peut faire fondre des millénaires de glace, déverser des torrents d'eau dans la mer ou décongeler des couches de sol gelé. Elle peut créer des fissures et des trous dans la surface de la Terre et libérer du carbone qui avait été soustrait de l'atmosphère il y a plusieurs siècles.

Chaque année, un grand arbre se trouvant dans une forêt existant depuis longtemps capte le carbone à travers ses feuilles, ses branches, son tronc et ses racines, tout en sécurisant et en enrichissant le sol. Il apporte de l'ombre aux sous-bois et aux animaux et agit en synergie avec les arbres qui l'entourent. Il peut être abattu en quelques minutes et la plantation d'un champ de jeunes arbres ne suffit pour remplacer le carbone stocké par ce grand arbre.

Les agriculteurs peuvent fertiliser les terres qu'ils cultivent s'ils n’appauvrissent pas leur sol grâce à des cultures diversifiées et à diverses méthodes agricoles et s'ils élèvent des animaux en symbiose avec les plantes pour transformer les déchets en nutriments. Le labourage annuel des champs de monoculture détériore le sol et l'expose à la pluie et au vent, laissant des dizaines d'années de croissance s'envoler ou être emportées par une seule tempête.

L'augmentation de la population et le réchauffement de l'atmosphère ne nous permettront pas de revenir simplement aux modèles historiques d'agriculture et de gestion des terres. Heureusement, nous disposons déjà de la sagesse nécessaire pour cultiver et restaurer des écosystèmes complexes, diversifiés et sains. Ces systèmes, qu'ils se trouvent dans le sol ou dans notre corps, sont plus résistants et s'adaptent mieux. Ce sont des propriétés essentielles dans un contexte de changement climatique.

Les pages suivantes analysent et expliquent les relations complexes qui créent les écosystèmes et les maintiennent. Elles analysent aussi comment l'humanité les a modifiés et quels sont les défis spécifiques posés par la sécheresse et l'aridification. Les cartes des zones climatiques montrent comment les climats locaux évoluent à mesure que l'atmosphère se réchauffe. Les cartes de sécheresse mettent en évidence les zones confrontées à des menaces nouvelles et potentielles.

Réduire la complexité de la nature

On estime qu'il a fallu 90 tonnes de matière organique vivante et des dizaines de millions d'années pour créer 4 litres de pétrole (1 galon). Un véhicule automobile moyen transforme en quelques minutes ce carbone complexe et ancien en CO2 atmosphérique.

Une vague de chaleur peut faire fondre des millénaires de glace, déverser des torrents d'eau dans la mer ou décongeler des couches de sol gelé. Elle peut créer des fissures et des trous dans la surface de la Terre et libérer du carbone qui avait été soustrait de l'atmosphère il y a plusieurs siècles.

Chaque année, un grand arbre se trouvant dans une forêt existant depuis longtemps capte le carbone à travers ses feuilles, ses branches, son tronc et ses racines, tout en sécurisant et en enrichissant le sol. Il apporte de l'ombre aux sous-bois et aux animaux et agit en synergie avec les arbres qui l'entourent. Il peut être abattu en quelques minutes et la plantation d'un champ de jeunes arbres ne suffit pour remplacer le carbone stocké par ce grand arbre.

Les agriculteurs peuvent fertiliser les terres qu'ils cultivent s'ils n’appauvrissent pas leur sol grâce à des cultures diversifiées et à diverses méthodes agricoles et s'ils élèvent des animaux en symbiose avec les plantes pour transformer les déchets en nutriments. Le labourage annuel des champs de monoculture détériore le sol et l'expose à la pluie et au vent, laissant des dizaines d'années de croissance s'envoler ou être emportées par une seule tempête.

L'augmentation de la population et le réchauffement de l'atmosphère ne nous permettront pas de revenir simplement aux modèles historiques d'agriculture et de gestion des terres. Heureusement, nous disposons déjà de la sagesse nécessaire pour cultiver et restaurer des écosystèmes complexes, diversifiés et sains. Ces systèmes, qu'ils se trouvent dans le sol ou dans notre corps, sont plus résistants et s'adaptent mieux. Ce sont des propriétés essentielles dans un contexte de changement climatique.

Les pages suivantes analysent et expliquent les relations complexes qui créent les écosystèmes et les maintiennent. Elles analysent aussi comment l'humanité les a modifiés et quels sont les défis spécifiques posés par la sécheresse et l'aridification. Les cartes des zones climatiques montrent comment les climats locaux évoluent à mesure que l'atmosphère se réchauffe. Les cartes de sécheresse mettent en évidence les zones confrontées à des menaces nouvelles et potentielles.